Saint Maximin

Exposition "Mai 68, l'image contestataire"

EXPOSITION " MAI 68, L'IMAGE CONTESTATAIRE "
Se posant comme une alternative aux médias traditionnels et institutionnels perçus comme l’incarnation du pouvoir (télévision, radio, presse écrite), les acteurs du mouvement Mai 68 produisent leur propre matériel médiatique : tracts, vignettes, affiches, slogans peints sur les murs, etc.
Si ces formes d’expression rappellent les crises passées, Mai 68 innove en tournant le dos au dessin satirique, à la caricature politique ou à l'affiche de propagande traditionnelle. Et c’est de l’intérieur que va naître cette production visuelle spécifique, une production non contrôlée par les dirigeants du mouvement : les étudiants, fer de lance de la contestation, réalisent leurs images dans les ateliers des Beaux-Arts (occupés dès le 14 mai à Paris) et aux Arts décoratifs (plus tardivement). L’image «contestataire» vise ses adversaires (de Gaulle, les organes de répression, le capitalisme) autant qu’elle célèbre ses idoles (le travailleur, le peuple, la jeunesse, la lutte, l’unité). L’utilisation d’une technique d’impression simple d’utilisation et peu coûteuse qu’est la sérigraphie « révolutionne » l’image contestataire. Inspirée du pochoir, la sérigraphie favorise le recours aux aplats, ce schématisme caractéristique des images de Mai 68. Il s’agit en fait d’un véritable choix culturel et politique : refus du style qui permet d’individualiser et d’identifier les artistes, anonymat des affiches, rejet de tout esthétisme et de l’académisme caractéristiques du « grand » art officiel et de la propagande d’État. En effet, le 15 mai, les étudiants des Beaux-Arts établissent un manifeste stipulant notamment leur refus "de porter un jugement de valeur sur toute œuvre d'art qu'elle qu'elle soit".
Si l’imaginaire des étudiants 68 hérite de la « modernité » graphique des décennies qui ont précédé, l’énergie sociale qui donne naissance à ces images produit un langage radicalement nouveau qui s’espère «populaire» et didactique. Par sa simplicité, cette iconographie fonctionnelle affiche une modestie qui doit la rendre accessible. Elle se veut égalitaire, elle est l’expression du mouvement et non le fait d’individualités, elle promeut l’utopie et l’esprit libertaire. Elle cherche à donner corps à certains laissés pour compte de l’époque : ouvriers, paysans, jeunes...
*****************************************************************************
Entrée libre - Du 3 au 25 novembre à la Galerie du Front de taille, rue Jean Jaurès à Saint-Maximin - Les mercredis, samedis et dimanches, de 14h à 17h.
*****************************************************************************

Jeudi 22 novembre à 19h30, conférence de Julie Pagis : « Les héritages de Mai 68 à travers les destins de soixante-huitard.e.s anonymes »

Infos : 03 44 61 18 40 // culture@saintmaximin.eu

 
 
Saint-Maximin

15 rue Jean Jaurès

60740 Saint-Maximin

Tél : 03 44 61 18 40

Fax : 03 44 61 18 59

 

Horaires d’ouverture

Les lundis, mercredis et jeudis et vendredis

8h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h30

Le mardi

8h30 à 10h et de 14h à 17h30

Réseaux sociaux
Page Facebook de
Saint-Maximin

 

Soyez informé par mail
des prochains événements
à Saint-Maximin


S'abonner

Magazine “Le Flash ”

accéder

Haut